Accueil > anecdotes vécues, Corse, Moltifao, villages de corse > L’aube de l’enfant de coeur

L’aube de l’enfant de coeur

On pourrait écrire un roman sur les aventures d’un enfant de cœur à Moltifao dans les années 60-70, j’y reviendrai

Le curé, dieu ait son âme qui ne risque plus de me faire un procès, et le diable sa 4CV, était l’abbé Paoletti, un drôle de petit bonhomme.

Ce Dimanche là, j’allais à la messe comme tous les Dimanche ou presque, c’était obligatoire, non parce que mes parents étaient bigots, mais parce que c’était la norme, impossible d’y échapper, et vu les grosses rigolades que j’ai vécu je ne regrette rien.

Mais ce Dimanche là, j’ai rigolé jaune lorsqu’au détour d’un chemin très loin de l’église le curé m’a choppé  « François et Pierre ne sont pas là, il faut que tu fasses l’enfant de cœur ». Et avec ça, des arguments très persuasifs, menaçant de dénoncer à mes parents mon manque d’assiduité à la messe, impossible d’y échapper.

Donc j’enfile la robe d’enfant de cœur 2mn avant la messe sans trop choisir. Les aubes étaient entassées dans une vieille malle.

Ca commence mal, l’aube est trop petite.

Pas de bol l’aube a une grosse tâche de jaune d’œuf sur son blanc immaculé, mais je m’en aperçois trop tard.

Vraiment pas de bol j’étais en short et en espadrilles (pas prévu d’aller à la messe), avec la robe par-dessus j’ai le look de la mort.

Le total manque de bol, dans l’église il y a C.C. et sa mère.

Ce cauchemar se noie dans mon esprit aujourd’hui, mais je sais que mon entrée sur scène fut ovationnée d’un grand éclat de rire étouffé (les rires dans une église en Corse sont toujours étouffés), et celles qui toussaient le plus étaient C.C. et sa mère. Mon amour pour la fille s’est arrêté net ce jour là.

A la fin de la messe, pour me remercier et pour soulager mon immense désarroi, le curé m’a donné 10 francs, alors je me suis dit « oui les miracles, ça existe », et après j’étais le plus heureux des enfants de coeur de Moltifao.

Quelques années plus tard, entre deux pastis, le curé me confia que mes yeux lui faisaient peur. Du coup j’ai mieux compris pourquoi ce vieux radin m’avait donné dix francs.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :